EÉLV exhorte les pouvoirs publics à prendre toutes les mesures nécessaires à la préservation de la biodiversité.
Partager

Lille, le 19 mai 2019

La Journée mondiale de la biodiversité, le mercredi 22 mai prochain, est une nouvelle occasion de rappeler l’inestimable valeur de toutes les formes de vie, végétales et animales. La vie humaine elle-même en dépend. Au-delà des services que rend la biodiversité à l’humanité pour se nourrir et se désaltérer, se vêtir ou se soigner, elle est un patrimoine commun que nous devons respecter, incarnation de la beauté même de notre planète. La seule planète que nous ayons.

Alors que les scientifiques de l’IPBES ont récemment mis en lumière la menace pesant sur plus d’un million d’espèces, c’est l’ensemble des pouvoirs publics, à tous les niveaux, qui doivent s’engager dans une politique de préservation inconditionnelle de la
biodiversité. C’est loin d’être le cas dans les Hauts-de-France. Mainmise des chasseurs, abandon des subventions en faveur des associations environnementalistes, insuffisances criantes du projet de Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), etc. : force est de constater que la politique régionale en la matière est indigente.

Le 22 mai prochain est donc aussi l’occasion d’agir et d’alerter en faveur de la biodiversité. C’est pourquoi EÉLV Nord-Pas-de-Calais appelle chacun·e à participer à l’action citoyenne organisée à 12 heures 30 sur la Grand’place de Lille, sous la forme symbolique du die-in.La mort du vivant signerait notre perte : soyons la nature qui se défend !

Yannick BROHARD et Hélène HARDY
Co-secrétaires d’EÉLV Nord Pas-de-Calais