Violences faites aux femmes – Déclaration du CPR EELV Nord-Pas-de-Calais du 22 novembre 2017
Partager

Voté à l’unanimité – Lille, le 22 novembre 2017,

Parce que les violences faites aux femmes sont inacceptables, parce qu’il faut lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes, EELV Nord Pas de Calais, réuni.e.s ce mercredi soir en CPR réaffirme son soutien à toutes les femmes victimes. Aujourd’hui plus que jamais, le sujet des violences faites aux femmes nécessite que TOUTE la société s’engage.

Concernant le harcèlement sexuel, EELV NPdC se mobilise pour accompagner les victimes à dénoncer les faits, par la création d’une commission d’écoutant.e.s au sein du mouvement régional. Cette commission sera composée de : Charlotte Talpaert, Hélène Hardy, Katy Vuylsteker et Jules Huvig.

L’actualité nous montre l’importance de pouvoir parler, nous réclamons une loi-cadre contre toutes les violences faites aux femmes, la création d’un parquet national dédié à la lutte contre les violences sexuelles, ainsi qu’un allongement des délais de prescription.

La violence naît des inégalités, c’est pourquoi nous pensons qu’il faut renforcer toutes les actions qui font avancer l’égalité, et particulièrement dans la région, nous appelons l’État et les collectivités locales à :

  • renforcer les moyens pour rendre effectives les « trois séances d’information et d’éducation à la sexualité » prévues chaque année pour les élèves du primaire et du secondaire dans la circulaire N°2003-027 DU 17-2-2003 et les actions de préventions sur l’égalité femmes – hommes à destination des jeunes.

  • renforcer les formations des professionnel.le.s sur l’accueil des femmes victimes de violences.

  • renforcer les moyens de mises en sécurité (téléphone, logement) des femmes victimes de violences conjugales.

  • veiller à ce qu’une suite soit donnée à toute plainte déposée.

  • assurer une médecine légale de proximité afin de permettre à tou.te.s de faire constater rapidement et facilement les violences.

  • cesser la répression exercée à l’encontre des prostitué.e.s et assurer un titre de séjour à celles qui dénoncent leur proxénète.

  • pérenniser les financements et emplois des structures qui luttent contre ces violences (associations et institutions) ainsi qu’en faveur de la santé des femmes et de l’égalité femmes-hommes.