Communiqué : Budget 2018 du Conseil régional Hauts-de-France : Xavier Bertrand sacrifie les transports du quotidien et l’environnement dans une logique austéritaire
Partager

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

Budget 2018 du Conseil régional Hauts-de-France : 

Xavier Bertrand sacrifie les transports du quotidien et l’environnement dans une logique austéritaire

Lille, le 15 décembre 2017,

Le Conseil régional des Hauts-de-France a adopté son budget 2018, marquant le deuxième exercice budgétaire de l’executif de Xavier Bertrand.

EELV Hauts-de-France constate premièrement les faiblesses du Rapport d’Orientation Budgétaire, qui s’apparente à une analyse financière sans traduction politique. EELV partage ainsi l’avis du CESER Hauts-de-France sur le manque de détails sur les orientations prévues pour chaque politique sectorielle.

Ce budget 2018 s’inscrit dans une logique austéritaire, avec une baisse de plus de 80 millions d’euros des dépenses de fonctionnement, alors même que les fonds européens (FSE, mais aussi FEDER dont la Région est autorité de gestion) sont sous-utilisés par la Région.

Cette logique austéritaire est particulièrement marquée dans le domaine des transports du quotidien. Alors que le rapport national de l’ARAFER fait apparaître sur 2015-2016 une progression des taux de retard et d’annulation des TER régionaux, supérieurs à la moyenne nationale, Xavier Bertrand décide une forte diminutation des investissements dans les transports, passant de 32 % à 11,2 % du budget entre 2017 et 2018. EELV Hauts-de-France dénonce notamment :

– l’absence du projet Picardie-Roissy dans le budget prévisionnel, projet pourtant indispensable pour relier Amiens et Creil à la zone aéroportuaire de Roissy via le TGV et le TER et soulager l’engorgement de la Gare du Nord ;

– l’absence de crédits dans le budget prévisionnel pour l’électrification de la ligne Rang-du-Fliers / Amiens, qui constitue pourtant une modernisation nécessaire à une meilleure utilisation de la ligne Boulogne-Amiens-Paris ;

– les impacts potentiels sur la qualité de service d’une convention TER qui sera revue à la baisse.

Pour Gil Mettai, secrétaire régional EELV Picardie, « faire croire qu’on pourra améliorer le réseau TER avec moins de moyens relève de l’illusion. Ce sacrifice, payé au quotidien par les habitants et voyageurs de la région, est d’autant plus dommageable que le président X. Bertrand se refuse toujours à expérimenter sur le territoire régional l’instauration d’une contribution santé – climat pour les poids lourds, et préfère financer à outrance un Canal Seine Nord Europe devenu ruineux, allant même jusqu’à accepter une avance supplémentaire de la Région pour payer les premières années de travaux à la place de l’État ».

Les politiques de protection de l’environnement et de la biodiversité ne sont pas en reste. La nouvelle stratégie pour les réserves naturelles régionales ne doit pas venir masquer la nouvelle baisse de 24 % du budget « développement durable », qui fait suite à une baisse de 40 % en 2017. Une récente enquête du Groupement ornithologique du Nord (GON) vient de rappeler le terrible constat du déclin de biodiversité dans notre région, avec notamment la disparition de la moitié des espèces nicheuses des milieux agricoles en moins de vingt ans dans le Nord – Pas-de-Calais.

Pour Myriam Cau, porte-parole EELV Nord-Pas-de-Calais, « Dans une Région également très marquée par les pollutions et le dérèglement climatique, le mépris du président du Conseil régional à l’égard des associations environnementales s’est notamment traduit cette année par la suppression brutale du soutien au réseau régional des AJONCs : c’est particulièrement irresponsable. Pour un exécutif dont l’un des trois grands axes affichés est d’être « proche des habitants », ce nouveau budget montre pourtant que toutes les politiques publiques liées au cadre de vie des habitants des Hauts-de-France sont sacrifiées », avec une baisse qui concerne aussi le budget de la santé (-30%) et du tourisme (-10%). Plus largement, la conception même du développement durable de notre Région est méprisée, le rapport annuel de développement durable de la Région a été voté sans aucune présentation ou prise de parole des groupes politiques de l’exécutif : « circulez, il n’y a rien à voir », au moment même où le Président de la République essaye de remobiliser la communauté internationale pour lutter contre la catastrophe climatique.

Ce budget illustre tristement la politique suivie par l’exécutif des Hauts de France depuis deux ans. Le 13 décembre 2015, Xavier Bertrand a accédé à la présidence de la Région grâce aux voix de la gauche et des écologistes faisant barrage à Marine Le Pen. Pourtant, ces deux ans sont ceux d’une politique revancharde de destruction systématique des politiques mises en place par les écologistes. Deux ans de mainmise sur l’environnement par les chasseurs, au détriment des associations environnementales. L’emploi n’est pas au rendez-vous. Les associations sont mises en difficulté par les décisions brutales de l’exécutif. Le nombre de demandeurs d’emplois a augmenté de 3,5 % (toutes catégories confondues entre octobre 2015 et octobre 2017).

Pour Jérémie Crépel, secrétaire régional EELV Nord Pas-de-Calais, « Xavier Bertrand a cassé les outils de la transition énergétique comme la SEM 100 000 logements pour le financement de la rénovation des passoires énergétiques. J’appelle l’exécutif à retrouver le sens de l’intérêt général et à prendre la mesure des défis écologiques qui nous attendent : lutte contre le réchauffement climatique, lutte contre la pollution, maintien de la biodiversité, pêche et agriculture durable, amélioration de la santé, développement des déplacements doux, accueil des réfugiés. L’avenir de l’emploi dans la région ne passe pas par la satisfaction des lobbys de la chasse, de l’automobile ou du nucléaire, mais par la construction d’une réelle économie durable de la proximité, dans l’intérêt des populations. »

Brigitte Turquin, porte-parole EELV Picardie

Martin Besnier, porte-parole EELV Nord Pas-de-Calais